RETOUR

La cladosporiose de la tomate

Fulvia fulva

 

Symptômes

  • Cette  maladie  provoque  des  taches  jaunes  diffuses  sur  la  face supérieure des feuilles. Ces taches peuvent devenir nécrotiques.
  • Sur la face inférieure des feuilles, des masses de spores et de velours vert-olive ou marron apparaissent.
  • À mesure que la maladie progresse, les feuilles deviennent chlorotiques, puis nécrotiques. Elles sèchent ensuite et finissent par tomber.
  • Bien qu'il s'agisse avant tout d'une maladie foliaire, les fruits mûrs peuvent occasionnellement développer des lésions coriaces noires.

 

Cycle de développement

  • Une fois que la maladie apparaît, il est possible qu'elle se propage très rapidement dans la culture.
  • Un grand nombre de spores peuvent être facilement diffusés tout au long de la saison de croissance, principalement par les courants d'air mais aussi par l'eau, les insectes, ou les humains.
  • Le champignon peut survivre sur les résidus provenant de cultures antérieures ou dans le sol.

 

Dégâts

Bien gérée, cette maladie est moins préoccupante que d’autres maladies de la tomate.

 

Facteurs favorables

  • La tomate est la seule culture affectée.
  • Une humidité relative élevée (supérieure à 90%) et des températures chaudes (22-24 °C) sont nécessaires au développement de ce champignon.
  • La maladie est plus fréquente pendant l'été et l'automne.

 

Gestion intégrée de la cladosporiose en culture de tomates

La cladosporiose se rencontre essentiellement sur les cultures de tomates sous abris mal aérés. En terme de lutte, il est recommandé :

  • S’il s’agit d’une culture en serre, aérer et ventiler l’abri. La bonne circulation de l'air est la meilleure façon d'éviter cette maladie ;
  • L’application excessive d’engrais azotés est à éviter car cet élément favorise le développement du champignon ;
  • A la vue des premiers symptômes, il est nécessaire de détruire les premières feuilles attaquées pour éviter la dissémination du champignon ;
  • Planter la culture de manière espacée et dans un sol sain ;
  • Eviter l’excès d’humidité au niveau du sol ;
  • Eviter d’enterrer trop profondément les plants lors du repiquage ;

Il convient également de désinfecter le matériel et les éventuelles installations ayant servi à faire pousser les plantes, en les nettoyant à l’eau de javel ou à l’alcool.

Une application préventive de purin d’orties, de prêles, de fougères ou de bardane peut donc s’avérer efficace. Non seulement pour lutter contre la maladie, mais également pour renforcer l’état physiologique des plants.

Il n’existe pas de produit fongicide agréé en Belgique pour un usage amateur contre la cladosporiose de la tomate.