RETOUR

La pyrale du buis

Cydalima perspectalis

 

Description 

  • Ce lépidoptère a été recensé pour la première fois en Belgique en 2010. Il est désormais présent dans plusieurs régions du pays. 
  • D’une envergure de 36 mm en moyenne, la pyrale du buis adulte possède des ailes blanches et brunes avec des reflets dorés et violets. Les femelles et les mâles sont semblables mais ces derniers se distinguent par la coloration brune de leur abdomen qui est plus étendue que chez les femelles. Ils possèdent également des touffes d’écailles odoriférantes. 
    • NB : Il se peut que la pyrale se présente sous une forme plus mélanisée. Le papillon apparait alors entièrement brun, hormis une tache blanche sur les ailes antérieures.
  • Les œufs sont ronds et aplatis. Ils sont translucides, jaunâtres et un point noir apparaît par transparence un peu avant l’éclosion.
  • Les larves du dernier stade peuvent mesurer jusqu’à 40 mm de long. Elles sont de couleur vert clair, sont striées longitudinalement de vert plus foncé, de jaune clair et de blanc. Les chenilles possèdent 16 pattes (6 thoraciques et 10 abdominales). 
  • Les chrysalides atteignent 21 mm de long, sont de couleur vert et jaune clair et présentent quatre lignes dorsales brunes. La cuticule et l’exuvie sont translucides. 

 

 

Symptômes et dégâts

D’importants dégâts peuvent être causés par les chenilles qui dévorent les feuilles. Les arbustes défoliés peuvent finir par mourir mais c’est principalement l’aspect esthétique des buis infestés qui est très altéré. 

 

Cycle de développement

  • La femelle pond jusqu’à 1200 œufs à différents emplacements à l’intérieur du buisson, sous le limbe des feuilles.
  • Les chenilles émergeantes vont se nourrir du limbe des feuilles et passent par 7 stades larvaires avant de se nymphoser. Les chenilles issues de la dernière génération vont tisser un abri entre les feuilles avant d’arrêter leur développement afin de passer l’hiver. Leur activité reprendra au printemps suivant.
  • La nymphose se produit ensuite et la chrysalide se forme.
  • Le papillon, principalement actif la nuit, a une durée de vie de 2 semaines environ.
  •  Trois cycles de développement peuvent se succéder pendant une année. Trois pics de dégâts sont donc observables :
    • Au début du printemps : mars - avril
    • En été : mi-juin – juillet
    • En automne : septembre – début octobre

 

La gestion intégrée de la pyrale du buis

Mesures préventives

  • Les buis denses, taillés et aux rameaux compacts sont les plus sévèrement touchés
  • Les plants dont la ramure est plus aérée sont d’avantage épargnés.
  • Achat de buis sains et exempt de tout parasite.
  • Eliminer les résidus de taille et autres bois morts pouvant héberger les œufs et les chenilles. 

Favoriser la présence d’ennemis naturels connus

  • Moineau domestique : Passer domesticus
  • Mésanges : Parus sp.
  • Rouges queues : Phoenicurus sp.

Installer des mangeoires et nichoirs à proximité des buis pour favoriser la présence des oiseaux

Détecter la présence de la pyrale

Pour rechercher la présence des chenilles, il faut écarter les rameaux des buis de manière à pouvoir les apercevoir à l’intérieur du plant. Des déjections vertes et sèches, retenues par les fils de soie sont souvent visibles.
Au bout des rameaux peuvent se trouver les jeunes chenilles (5-8 mm), forme hivernante de la pyrale. Elles se réfugient dans des logettes en soie pour y passer l’hiver.

Des pièges à phéromones peuvent être utilisés pour la détection et la détermination des périodes de vol de l’insecte. Ils permettent également de capturer un grand nombre de mâles, limitant ainsi la reproduction de la pyrale, mais cette méthode reste insuffisante pour éradiquer totalement le problème.

Lutte physique

Si les plants sont de petite taille, il est possible d’enlever les chenilles à la main. Malgré leur apparence, elles ne sont pas urticaires.
La pulvérisation d’eau à haute pression sur le feuillage permet de faire tomber les chenilles sur le sol. L’utilisation de filets disposés par terre facilite la récolte de l’insecte.

Lutte chimique

Un certain nombre de produits phytopharmaceutiques existent pour lutter contre la pyrale du buis. Notons cependant que ceux-ci ne sont pas spécifiques à la pyrale et ont donc un effet néfaste aux autres insectes et à l’environnent proches de la zone traitée. 


Pour tout usage d’un pesticide, veillez à lire l’étiquette et à bien respecter les conditions et les conseils d’utilisation afin de garantir l’efficacité du traitement et la préservation de l’environnement !

  • Pesticides agréés au 24/04/2018 pour un usage amateur contre la chenille de la pyrale du buis;

 

  • Pesticides agréés au 24/04/2018 pour un usage professionnel contre la chenille de la pyrale du buis.

 

Plus d’informations sur la pyrale ici.