RETOUR

La pyrale du maïs

Ostrinia nubilalis

 

Description

  • Le papillon adulte mesure environ 25 mm de large. La femelle est de couleur jaune pâle tandis que le mâle est un peu plus foncé.
  • En fonction du stade, la larve peut mesurer entre 2 et 20 mm. De couleur grise, une ligne plus foncée sur la face dorsale est visible.
 

Symptômes

  • Du stade 10-12 feuilles à la floraison :
    • Perforations en « coup de fusil » dans les feuilles ;
    • Des chenilles peuvent être visibles.
  • De la floraison à la maturité des plants :
    • Des chenilles peuvent être visibles dans les tiges, épis ou pédoncules ;
    • Les galeries peuvent engendrer la cassure des plants et des pédoncules ainsi que la chute des épis.
 

Cycle de développement

  • Les papillons passent l’hiver sous leur forme larvaire en diapause. Ils pondent au mois de juillet et les œufs sont déposés en amas de 15 à 20 sur la face inférieure des feuilles.
  • Les chenilles passent par cinq stade avant d’attaquer les feuilles et la panicule.
  • Il n’y a qu’une seule génération de papillons par an. En automne, les chenilles du cinquième stade se réfugient dans le collet pour y passer l’hiver.
 

Dégâts

  • Les attaques de jeunes chenilles peuvent engendrer une destruction de la panicule. Elles pénètrent ensuite dans la tige en passant par l’aisselle des feuilles. Les galeries creusées dans les plants induisent la rupture de la tige et donc des baisses de rendement.
  • Les dégâts directs sont visibles par une baisse du nombre de grains produits mais aussi au niveau du poids unitaire des grains. La pyrale engendre également des dégâts indirects notamment en facilitant les attaques de Fusarium spp.

 

 

Gestion intégrée de la pyrale en culture de maïs

Mesures préventives 

  • Favoriser les bandes herbées aux alentours du champ pour permettre le développement d’une faune de prédateurs tels que certains trichogrammes parasitoïdes des œufs.
  • Une surveillance et une quantification régulière des populations d’adultes à l’aide de pièges sexuels dès le début des vols permet d’évaluer les risques et aide à la prise de décision concernant les éventuels traitements.
  • Broyer finement les cannes de maïs pour éliminer les chenilles diapausantes dans les plants.

Seuils de nuisibilité

Un traitement insecticide n’est justifiable qu’à partir du seuil de nuisibilité qui est de une chenille par plante.

Pour tout usage d’un pesticide, veillez à lire l’étiquette et à bien respecter les conditions et les conseils d’utilisation afin de garantir l’efficacité du traitement et la préservation de l’environnement !