RETOUR

Le complexe de l’esca en viticulture

 

Il s’agit d’une forme de dépérissement du bois ou d’apoplexie causée par un complexe de champignons basidiomycètes, principalement Stereum hirsutum et Phellinus igniarius. Cette maladie survient principalement sur les pieds de vigne dont l’âge est supérieur à 10 ans.

Symptômes

  • L’expression des symptômes est pour la plupart du temps irrégulière due à la complexité des interactions des différents agents responsables. C’est premièrement la vigueur végétative de la vigne qui tend à se ralentir tandis qu’au niveau foliaire, on observe des anomalies de colorations se traduisant par des chloroses sur les cépages blancs et des lésions rougeâtres sur les rouges. Des symptômes internes au bois peuvent également être visibles en coupe transversale. Les vaisseaux de xylème présentent alors des nécroses noires.
  • Les symptômes foliaires peuvent apparaître soit de manière lente, soit de façon rapide. Les feuilles se flétrissent alors puis se dessèchent durant l’été.
  • Les carpophores des champignons responsables sont parfois observables sur les ceps.
 

Cycle de développement

  • Étant donné la complexité des interactions entre les différents agents, les cycles annuels des champignons liés à l’esca sont encore mal connus. On sait cependant qu’à partir des blessures pouvant survenir durant l’entretien du vignoble, ils pénètrent dans la plante et peuvent y survivre durant plusieurs années. Les spores seront alors libérées progressivement lors de la décomposition des tissus de la plante et disséminées grâce au vent.
 

Facteurs favorables

  • Un climat chaud, des températures avoisinant les 25 °C ainsi qu’un taux d’humidité supérieur à 25 % sont des conditions favorables au développement du complexe de champignons.

 

Dégâts

  • Les dégâts sont variables mais peuvent aller de la perte en sucres des baies à la mort totale du plant.

 

Gestion intégrée du complexe de l’esca en viticulture

De nombreux facteurs influent sur l’expression de l’esca en viticulture. Ainsi, la plante, le sol, le climat et la conduite annuelle du vignoble sont des paramètres à prendre en considération. Il n’existe cependant pas de méthode curative pour lutter contre l’esca. Ce sont donc les méthodes prophylactiques qui restent le meilleur moyen de lutte.

Choix du cépage et du porte-greffe

Les différents cépages, combinés à un porte-greffe adapté, présentent une sensibilité variable à l’esca (voir fiche relative à la sensibilité des différents cépages aux maladies), il est donc important de bien choisir ses ceps en fonction des objectifs de production recherchés.

Éviter l’inoculum primaire

  • Choisir des plants sains et certifiés.
  • Détruire les résidus de culture et les vignes abandonnées.
  • Eliminer l’ensemble des parties de vigne touchées.

Maîtriser la vigueur des vignes

Cela permet de réduire la croissance excessive du feuillage, d’en diminuer l’humidité relative et donc de limiter les risques d’infection.

  • Limiter l’apport de fumure et la fertilisation.
  • Tailler, ébourgeonner, effeuiller et épamprer de manière efficace.
  • Choisir un porte-greffe peu vigoureux.
  • Pratiquer l’enherbement du vignoble après quelques années de plantation.

Lutte contre les ravageurs

  • Éviter les attaques des grappes par les autres agresseurs (insectes, vertébrés et autres microorganismes) afin de limiter les dégâts conférés aux baies et donc les risques d’infection.

Choix de la parcelle

  • Favoriser les sols bien drainés et éviter la présence d’eau stagnante.
  • Implanter le vignoble dans un environnement ouvert pour permettre une bonne aération des plants.