RETOUR

Taupin - Kniptor - Saatschnellkäfer

Agriotes spp.

D’autres noms existent pour la larve de cet insecte

  • Fr : Ver fil de fer
  • Nl : Ritnaald/Koperworm
  • De : Drahtwürmer

Le taupin est un problème récurrent en pommes de terre  et engendre régulièrement des lots refusés. La lutte curative est peu efficace et la prudence est donc nécessaire pour éviter des infections trop importantes.

 

Description

  • Adulte : coléoptère effilé de 6 à 10 mm, le taupin est de couleur brun, noir, jaunâtre ou rougeâtre.
  • Larve :  aussi appelée « vers fil-de-fer », elle est de couleur jaune pâle et mesure de 0,5 à 2 cm. La carapace est très rigide et segmente.

 

Cycle de développement

  • Les femelles pondent leurs œufs près de la surface, préférentiellement dans les sols bien structurés et riches en matière organique. Les œufs et les jeunes larves sont très sensibles aux conditions sèches et au travail du sol. De ce fait, les risques sont bien plus importants dans une ancienne prairie ou jachère que dans une terre cultivée depuis de nombreuses années. Suite à la ponte, les larves vivent plusieurs années avant de devenir des nymphes. Celles-ci s’installent en profondeur. Les adultes émergent du sol au printemps suivant.
  • Les larves sont sensibles au froid et à la sécheresse. Les dégâts sont donc plus importants au printemps et à la fin de l’été dans les sols humides et riches en humus. 

 

Dégâts

  • En culture de pommes de terre, les larves attaquent d’abord le tubercule-mère, pour ensuite attaquer les nouveaux tubercules.
  • Les symptômes peuvent aller de simples morsures à des galeries dans les tubercules.
  • La qualité des tubercules est fortement affectée. De plus, les morsures sont des portes d’entrées pour les maladies de conservation.

 

Plantes hôtes

  • Les dégâts peuvent être très importants en betteraves et en maïs.
  • Malgré les traitements de semences, ces plantes n’ont pas la possibilité de compenser les pertes. Les céréales présentent des dégâts moins importants grâce à leur capacité de tallage. 
  • Le lin, le pois et le haricot sont peu infectés tandis que les crucifères ne le sont jamais.

 

 

Gestion intégrée des taupins en culture de pommes de terre

Mesures préventives 

  • Comme pour la plupart des ravageurs, le travail répété du sol permet de limiter les populations.
  • Les œufs et les larves sont très sensibles à la sécheresse et aux perturbations du sol. Un labour et un passage à la herse rotative par an permettent de limiter les populations. Le labour permet de ramener les larves en surface et les exposent ainsi aux prédateurs et aux conditions sèches.

 

Les cultures peu favorables

  • De nombreuses cultures, bien que sensibles, sont peu favorables au développement des populations de taupins : betteraves, maïs, céréales, colza… Ces cultures permettent de diminuer les populations d’insectes en diminuant la quantité de larves via l’émergence des adultes. Ces derniers ont également moins tendance à pondre, réduisant ainsi le stock de larves dans le sol.

 

Les terres sensibles

  • Le risque d’infection par les taupins dépend quasi-exclusivement de l’historique de la parcelle.
  • Implanter une culture de pommes de terre 4 à 5 ans après une prairie permanente est une porte ouverte pour les taupins. En effet, les prairies offrent des conditions idéales pour leur développement (nourriture, humidité, structure de sol). 
  • Cultiver la pomme de terre après une prairie temporaire, du trèfle, de la luzerne ou du lin est également risqué.

 

La liste des produits agréés est disponible sur le site de la fiwap (filière walonne de la pomme de terre).


Pour tout usage d’un pesticide, veillez à lire l’étiquette et à bien respecter les conditions et les conseils d’utilisation afin de garantir l’efficacité du traitement et la préservation de l’environnement !