RETOUR

Pourriture grise du rosier

Botrytis cinerea

 

La pourriture grise est une maladie due à un champignon microscopique, Botrytis cinerea, qui s’attaque aux rosiers mais également à un grand nombre de plantes ornementales (pélargonium, hortensia, dahlia, primevères, etc.) et plantes du potager (laitue, haricot, etc.) entre autres.

Symptômes

Les attaques de la pourriture grise entraînent différentes catégories de symptômes : formation de taches sur feuilles aboutissant à leur brunissement, pourriture grise des boutons floraux et des fleurs, apparition sur tiges de taches brunâtres évoluant en nécroses chancreuses pouvant entraîner le dessèchement des pousses. En général, les boutons floraux avortent et les fleurs n’éclosent pas. 

Facteurs favorables

Le champignon se conserve habituellement dans le sol sous forme d’organes de résistance (sclérotes). Dès que les conditions sont favorables (atmosphère confinée, humidité et température moyenne de l’ordre de 20°C), des infections peuvent apparaître sur les végétaux sensibles installés principalement sur des sols mal drainés.

Plantes-hôtes

Très large : plantes ornementales, cultures fruitières, plantes potagères, etc. 

Moyens de lutte

En termes de lutte, différentes méthodes culturales permettent de limiter les éventuelles infections :

  • Supprimer ou éloigner les débris végétaux des plantes sensibles ;
  • Eviter le confinement en surveillant l’apparition des mauvaises herbes / adventices ;
  • Eviter les plantations trop denses ;
  • Ne pas exagérer les arrosages du feuillage et préférer les arrosages le matin ou au pied des plantes ;
  • Détruire les parties de plantes malades (sources d’inoculum).

La lutte chimique ne se justifie généralement pas.