RETOUR

Rhynchosporiose | Orge

Rhynchosporium secalis

Symptômes et dégâts

La maladie se développe d’abord par foyers et se répartit ensuite de manière homogène dans la parcelle.

Sur les parties aériennes 

  • Taches irrégulières sur le feuillage, au centre blanc verdâtre et desséché, entouré par une marge brune très bien marquée et bien délimitée.
  • Lorsque c’est la base du limbe et la gaine qui sont touchées, les oreillettes et la ligule sont desséchées et bordées de brun.
  • Ces taches sont d’abord présentes sur les feuilles du bas de la plante puis remontent sur les feuilles supérieures.

La rhynchosporiose est une maladie très fréquente des orges et les dégâts peuvent devenir significatifs lorsque la dernière feuille est touchée. La perte de rendement peut atteindre 40% et la qualité des grains peut être impactée.

Biologie de la rhynchosporiose en orge

biologie du pathogène

  • Plantes hôtes : Le triticale et le seigle sont également attaqués par la rhynchosporiose. La maladie utilise les repousses et les graminées adventices comme relais entre deux saisons de culture.
  • Cycle de vie : La maladie s’implante en automne sur les plantules fraichement émergées et reprend son développement au printemps. C’est à ce moment que le risque d’épidémie est le plus élevé. La propagation se fait principalement de proche en proche lors des pluies par des projections de gouttelettes transportant des spores (cellules reproductrices). Dans une moindre mesure, les spores peuvent également être transportées par le vent sur de plus longues distances. Les spores peuvent aussi survivre dans le sol, dans les résidus de cultures infectés, via les repousses et les adventices qui servent de relais ou via des semences non-traitées (si la rhynchosporiose atteint l’épis et que les grains sont utilisés pour l’année suivante, les plantules seront infectées dès leur émergence).. 
  • Facteurs favorables au développement de la rhynchosporiose : Les fins d’hivers frais et humides sont très favorables au développement du champignon. Il est actif dès 2°C (optimum 8 à 10°C). Le risque diminue au moment de l’épiaison car le champignon ne se multiplie presque pas au-dessus de 20°C. Un semis précoce et une fertilisation azotée élevée sont aussi bénéfiques pour la rhynchosporiose et certaines variétés y sont plus sensibles que d’autres. 

Gestion intégrée de la rhynchosporiose en culture d’orge

Les principes généraux en matière de lutte intégrée contre les ennemis des cultures ont été fixés par le Gouvernement wallon. La lutte intégrée est obligatoire et les mesures sont regroupées dans un cahier de charge. Integreted pest management (IPM).

IPM

A. Mesures agronomiques préalables à la culture

  • Rotation : Laisser au moins deux ans sans cultures sensibles dans la rotation après une culture d’orge. 
  • Utiliser des semences traitées ou saines.
  • Choix variétal : Certaines variétés sont moins sensibles à la rhynchosporiose. Ces informations sont disponibles dans le Livre Blanc des céréales.
  • Détruire les repousses et adventices susceptibles d’être infectées.
  • Faciliter la décomposition des résidus de culture par un travail du sol.

B. En cours de végétation

  • Traiter avec un fongicide autorisé au stade premier noeud (généralement), parfois au redressement dans des cas extrêmes (Voir “Traitements éventuels”).

C. Traitements éventuels

Seuil d’intervention

Le seuil d’intervention est dépassé si, à partir du stade premier nœud (Z31) :

  • Pour les variétés sensibles : si plus de 10% des trois dernières feuilles sont touchées.
  • Pour les autres variétés : si plus de 25% des trois dernières feuilles sont touchées.

Les informations sur la sensibilité variétale sont disponibles dans le Livre Blanc des céréales

Les observations restent indispensables pour estimer la pression en maladies et l’utilité d’un éventuel traitement.

Avertissements

  • Il est indispensable de se référer aux avis du CePiCOP, émis chaque semaine en saison, rendant compte de l’état sanitaire des parcelles de référence et conseillant l’agriculteur dans ses choix d’itinéraires phytotechniques.

Traitements

La législation et les produits autorisés étant en constante évolution, nous vous invitons à consulter régulièrement le site Phytoweb.

Pour tout usage d’un pesticide, veillez à lire l’étiquette et à bien respecter les conditions et les conseils d’utilisation afin de garantir l’efficacité du traitement et la préservation de l’environnement !

Pour aller plus loin | Sources

Des informations complémentaires concernant la lutte contre la rhynchosporiose de l’orge peuvent être trouvées en cliquant sur le lien du Livre Blanc des Céréales.

  • ACTA, (2016), Guide pratique de défense des cultures, pp 203-204.
  • Caron, D. (2000). Maladies des blés et des orges. Paris: Institut techniques des orges et des fourrages.
  • Henriet, F., & Sinnaeve, G. (2022). Le livre blanc des céréales. Gembloux.
  • Masson, E. (2018). Diagnostic des accidents de l'orge. Paris: Editions ARVALIS.
  • Mathre, D. E. (1997). Compendium of Barley Diseases (éd. Second edition). St. Paul: The American Pytopathological Society.

Légende: 

: Gravité du symptôme (varie graduellement entre vert, orange et rouge)

 : Fréquence du symptôme

 : Integreted pest management (Lutte intégrée)